Bellot pressé de faire pression sur Belgocontrol

lalibre.be
donderdag 9 maart 2017

La CGSP (syndicat socialiste) dénonce l’attitude de la direction des contrôleurs aériens.

Cela fait quatre mois que le ministre en charge de la Mobilité a commandé un audit sur l’usage des pistes de l’aéroport national entre les 2 et 9 octobre 2016 par Belgocontrol. Et toujours rien. Un délai qui ne s’explique que difficilement, selon la CGSP Amio (administration et ministère). Le syndicat socialiste s’est fendu fin février d’un long courrier dénonçant l’attitude de la direction de Belgocontrol dans le cadre de cet audit. En décembre, "La Libre" et d’autres médias avaient déjà soulevé les difficultés rencontrées par les agents de la DGTA (direction générale du transport aérien) face à une direction de Belgocontrol refusant toute interview individuelle et semblant faire obstruction à l’enquête. Ces accusations sont reprises par la CGSP Amio. "Nous pensons qu’un certain lobbying s’exerce via la direction de Belgocontrol, excluant de ce fait la DGTA et ne vous permettant pas d’être éclairé sur le contexte global et les liens entre divers dossiers, parfois cruciaux", indique le syndicat qui invite le ministre François Bellot (MR) à "corriger cette situation" qui n’est pas voulue par le personnel de Belgocontrol. Le syndicat indique par ailleurs que l’audit a été commandé "en raison notamment de l’incident sérieux survenu le 5 octobre". Deux avions avaient failli entrer en collision au sol. Le cabinet Bellot redit que l’audit a été demandé alors que le ministre n’avait pas encore connaissance de cet incident qui relève par ailleurs d’un service d’enquête distinct.

Des résultats, prochainement

Le syndicat dénonce encore des "problèmes structurels" liés à la composition de la "Belgian Supervising Authority for Air navigation service" (BSA) dont le personnel est chargé de l’audit et potentiellement porteur de conflit d’intérêts car venant en partie du staff de… Belgocontrol. Or ce service de supervision est censé exercer ses missions de manière indépendante. La CGSP Amio s’étonne encore que le BSA, à l’heure de la rigueur budgétaire, ait vu son budget doubler depuis 2009. A quelles fins ?, demande le syndicat au ministre Bellot.

Le cabinet du ministre réplique qu’un dirigeant ad interim de BSA et détaché de Belgocontrol avait été écarté de la direction de BSA et que le ministre n’a pas attendu le courrier de la CGSP pour formuler une série de demandes visant à assurer l’indépendance du service. Quant aux résultats de l’audit, ils sont attendus "prochainement".