Nouvel audit négatif pour Belgocontrol sur le respect des consignes à Zaventem

lecho.be
vrijdag 2 december 2016

Pour le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR), Belgocontrol n’a pas respecté les règles d’utilisation des pistes du 2 au 10 octobre.

L’organisme n’a pas non plus collaboré à l’audit réalisé à la demande du ministre, qui a convoqué ses dirigeants pour explications.

Certains députés veulent aussi auditionner Belgocontrol, qui aurait fait fi des règles de sécurité aérienne.

Les oreilles des dirigeants de Belgocontrol ont dû siffler hier tant l’organisme de contrôle de l’espace aérien belge était au programme des questions d’actualité à la Chambre. Le député Georges Dallemagne (cdH) interpellait le ministre de la Mobilité, François Bellot (MR), sur son audit commandé à l’administration (DGTA) concernant le respect de l’utilisation des pistes à Brussels Airport du 2 au 10 octobre - une période où le ministre a reçu plusieurs plaintes des riverains dénonçant un usage accru et sans raison de la piste 01 pour les atterrissages à l’aéroport national.

Dans sa réponse, le ministre Bellot a indiqué que Belgocontrol était en tort: l’organisme n’aurait pas respecté les règles des publications internationales (AIP) et n’a pas fourni les données pour analyses comme prévu. Il va donc convoquer les dirigeants de Belgocontrol et ceux de la DGTA pour obtenir des explications. Il veut savoir pourquoi Belgocontrol s’est écarté des consignes. Il veut aussi que des mesures soient prises pour éviter à l’avenir le non-respect des instructions. "Il est temps qu’on rappelle à Belgocontrol ses devoirs en matière de sécurité aérienne. Selon mes informations, le ministre a eu du mal à avoir les informations parce que Belgocontrol ne voulait pas les donner. Et encore, il n’en a eu qu’une partie", renchérit Georges Dallemagne.

D’après lui, les réponses du ministre fédéral de la Mobilité "confirment malheureusement toutes les craintes à l’égard de Belgocontrol, qui se comporte comme un état dans l’état". Il a aussi envoyé un courrier à la présidente de la commission Infrastructure et des Entreprises publiques de la Chambre, Karine Lalieux (PS), pour demander une audition des dirigeants de Belgocontrol.

L’incident du 5 octobre

Les réponses du ministre Bellot confirment le rapport d’anomalies que lui a envoyé le service de médiation de l’aéroport national. "Nous avons pu constater, sur la base des informations dont nous disposons et qui sont nécessaires à l’exécution de nos missions, et à l’analyse stricte des nombreuses données en notre possession, que les principes de sélection des pistes de l’aéroport de Bruxelles-National tel que repris dans les AIP (Aeronautical information publication) ne sont pas correctement appliqués", lit-on dans un rapport de constats d’anomalies dans l’utilisation de la piste d’atterrissage 01 signé par le francophone Philippe Touwaide, directeur du service de médiation et le néerlandophone Juan Torck, médiateur.

François Bellot avait demandé son audit avant le sérieux incident du 5 octobre. Ce jour-là, un avion décollant de la piste 07R a failli entrer en collision avec un autre appareil en procédure d’atterrissage sur la piste 01. Une autre enquête, pilotée par des inspecteurs de l’administration, est en cours et prendra du temps. En effet, ces derniers doivent auditionner toutes les parties concernées par l’incident: outre Belgocontrol, les pilotes et les représentants des compagnies aériennes. Le dossier est compliqué. Les pilotes sont d’une autre nationalité que les compagnies impliquées. L’avion (Embraer ERJ-195) en procédure de décollage est aux couleurs d’Air Dolomiti, mais opérait pour le compte de Lufthansa. L’avion en atterrissage appartient à la compagnie irlandaise Aer Lingus. Il y a donc au moins trois pays concernés.