Belgocontrol implémente une nouvelle procédure d’arrivée à l’aéroport d’Anvers

belgocontrol.be
donderdag 23 juli 2015

Dès le mois de décembre, les avions pourront atterrir à l’aéroport d’Anvers-Deurne sur base de données satellites. Belgocontrol étendra ultérieurement ce processus aux quatre autres aéroports sous sa gestion.

Traditionnellement, les avions évoluent en fonction de balises radio au sol. Cependant, pour une approche RNP (Required Navigation Performance), on utilise également des données satellites. C’est ce principe qui sera appliqué dès la fin de cette année pour les atterrissages à l’aéroport d’Anvers-Deurne. A cette fin, l’appareil et l’équipage doivent satisfaire à de strictes conditions.

Préalablement à l’introduction de cette approche RNP, des concertations ont été menées entre Belgocontrol et les différents acteurs de l’aéroport: l’exploitant aéroportuaire, les autorités et les représentants du secteur actifs à l’aéroport. Un test positif a été effectué début juillet, qui a donné définitivement le feu vert à ce projet.

De nombreux avantages

La procédure RNP permet d’optimiser les routes de vol par une navigation plus précise. Avec, à la clé, un impact favorable pour l’environnement. Mais cela augmente également la sécurité à des endroits où il n’y a pas beaucoup d’infrastructure de navigation. Car les avions ne dépendent plus alors de ces installations déployées au sol, souvent complexes et chères. Et l’on peut dans ce cas utiliser, lors de faibles conditions de visibilité, des pistes d’atterrissage qui ne sont pas équipées d’installations ILS (Instrument Landing System).

Belgocontrol souhaite dès lors déployer cette technique dans les autres aéroports belges (Bruxelles National, Ostende, Liège et Charleroi). Ce procédé utilisant des données satellites pour les avions à l’atterrissage connaîtra également une application de plus en plus large pour les avions au décollage et pour le trafic en route.