C’est vous qui le dites: «Le survol de Bruxelles, c’est comme en février 2014!»

lesoir.be
donderdag 2 april 2015

Après la mise en place du moratoire concernant le survol de Bruxelles, vos sont unanimes.

Les faits

Exit le Plan Wathelet. Le nouveau plan de survol de Bruxelles, qui sera d’application dans la nuit de mercredi à jeudi, met fin à l’utilisation massive du « virage à gauche » et de la « route du canal ». Les décollages se concentreront à nouveau sur l’Oostrand. Les victimes de la route du virage large à gauche instaurée par Melchior Wathelet ne souffriront plus. Mais pour l’ensemble des Bruxellois, la trêve ne sera que de courte durée puisque de lourds travaux aux pistes de l’aéroport sont programmés pour cet été.

Survol de Bruxelles : ce qui a changé (cartes)

C’est vous qui le dites

Sur la question « Que pensez-vous du nouveau plan de survol de Bruxelles ? », la majorité des internautes sont en total désaccord et se dressent contre ce plan. Un sujet qui a été discuté avec Peggy Cortois (UBCNA) et Antoine Wilhelmi (Pas Question) lors d’un débat très animé entre les deux intervenants.

Revoir le débat sur mobile

Voici d’autres commentaires d’internautes.

Francisca Carbonell : « J’habite Ixelles. Aujourd’hui, 2 avril, c’est de nouveau comme en février 2014 ! Alors que c’était devenu vivable et gérable dernièrement. Aujourd’hui c’est bien pire ! Nous avons eu droit à des avions cette nuit à 1 heure du matin l’un après l’autre et depuis ce matin ça n’arrête plus… C’est un problème de santé générale parce que si on ne peut plus dormir ni vivre alors ça devient catastrophique… Bravo ! »

Thomas Dallemagne : « Retour à une situation catastrophique qui dure depuis plus de 10 ans. »

Sébastien : « Nous sommes juste sous le virage serré à gauche et pas loin de la route Ikea. Il est 1h30 du matin ce jeudi et c’est déjà le 3eme avion qui passe et qui fait trembler les murs. Repartir les nuisances me semblait honnête ».

Paul : « Je comprends tout à fait que certains Bruxellois se réjouissent de la fin du « plan Wathelet ». Qu’ils n’oublient juste pas que d’autres bruxellois et habitants de l’Est de Bruxelles subissent cela depuis 2003. Quand ils disent qu’ils ont vécu l’enfer pendant un an et demi, c’est effectivement vrai : nous vivons cela depuis 2003 et nous allons revivre cela à partir d’aujourd’hui ».

L’avis de la rédaction du Soir

Pierre Vassart, responsable de la rubrique Bruxelles du Soir : « À cause du plan Wathelet, les avions décollaient tout droit et une fois au-dessus du Cinquantenaire, ils viraient à gauche et continuaient leur ascension. Au lieu d’avoir 130.000 personnes touchées, il y en avait plus de 400.000. Un schéma définitif doit maintenant être trouvé. Tout le travail est encore à faire et ne sera pas simple ».