Brussels Airport prépare des travaux en 3 phases en 2015

lecho.be
zaterdag 31 januari 2015

Dans le cadre des travaux de rénovation des pistes, Brussels Airport va éditer plus de 375.000 exemplaires d’un bulletin d’infos à l’attention des riverains.

Accroissement des nuisances en vue pour une partie des riverains de Brussels Airport. Interpellée le 28 janvier à la chambre par les députés fédéraux, Benoit Hellings (Ecolo) et Karine Lalieux (PS), la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) a donné des précisions sur les travaux de rénovation profonde de l’une des pistes parallèles principales de l’aéroport national. "Les travaux se feront en trois phases entre le 27 mai et le 7 septembre 2015. Du 25 mai au 3 août, la piste 25L/07R ne sera pas disponible. Du 3 août au 15 août, la piste 25L/07R et la 01/19 ne seront pas disponibles non plus. Ce sera la période la plus difficile à gérer", a répondu la ministre Galant. Elle a également précisé que du 15 août au 7 septembre, la piste 25L/07R et 01/19 seront indisponibles uniquement durant la nuit.

Informer les pilotes

Durant les travaux, le trafic sera déployé sur les pistes disponibles, à savoir la 25R/07L et partiellement la 01/19. Leur utilisation pendant les travaux sera déterminée ultérieurement par Belgocontrol, l’organisme de contrôle de l’espace aérien, en collaboration avec l’aéroport.

La Direction générale du transport aérien (DGTA) a demandé à Belgocontrol de publier un supplément à la publication d’information aéronautique (à l’attention des pilotes) pour le 19 février. "Ce document contiendra principalement les phases des travaux et leur impact sur les créneaux et la capacité aéroportuaire ainsi que sur les effets sur le système préférentiel des pistes", a-t-elle précisé.

Les travaux de rénovation prévus sont présentés comme exceptionnels, car ils n’interviennent généralement que tous les 30 ans en fonction de l’état de dégradation de la piste. Ils visent notamment le renouvellement des couches d’asphalte ainsi que le réaménagement des accotements et du système d’évacuation des eaux de la piste. La rénovation de l’égouttage de la piste et le remplacement de l’installation électrique de balisage par un dispositif d’ampoules LED (pour consommer moins d’énergie) est aussi au programme. Le montant des travaux s’élève à près de 30 millions d’euros.

Pour informer les victimes du bruit des avions, la ministre a indiqué que Brussels Airport Company (BAC), la société gestionnaire de l’aéroport, prépare une communication écrite qui sera distribuée à plus de 375.000 exemplaires dans le voisinage du site, les communes bruxelloises et de la périphérie ainsi que dans l’Union européenne. Le bulletin d’information peut être téléchargé sur le site Internet qui sera présenté début février.

Jacqueline Galant a confirmé l’appel introduit au nom du Fédéral contre l’ordonnance de justice du 31 juillet (L’Echo du 17/01). Le tribunal de première instance avait interdit le survol de Bruxellles sous peine d’astreintes (la ministre bruxelloise Céline Frémault/cdH réclame désormais 3,5 millions à l’Etat). "L’Etat conteste qu’une instruction soit un plan au sens de la loi du 13 février 2006 (consultation publique) et estime dès lors que cette loi n’a pas à s’appliquer dans le cadre de l’élaboration de nouvelles instructions", dit-elle.

Contradiction

Pour elle, la mise en place du moratoire dès 2 avril ne peut pas être considérée comme un plan nécessitant une consultation du public. "Il y a une contradiction politique et juridique dans le chef de la ministre Galant. Cet appel est en contradiction avec les engagements de l’accord de gouvernement et la convention d’Aarhus sur la consultation publique", critique le député Hellings. "Le cabinet Galant a fait de manière peu judicieuse une sorte d’arbitrage politique entre la demande des Bruxellois (mettre en oeuvre le moratoire, respecter les normes de bruit bruxelloises) et la demande de Belgocontrol et de Brussels Airport (ne pas se laisser enfermer dans une obligation de concertation publique préalable à tout changement de route)", poursuit-il.

Il rappelle aussi que l’absence de consultation publique est une des critiques des responsables MR de Bruxelles à l’encontre du plan Wathelet. L’appel incident de la ministre Galant suscite donc des remous au MR à Bruxelles d’où il nous revient que personne n’était au courant de la démarche duFédéral. Mais Jacqueline Galant rassure dans sa réponse. "Ces consultations auront bien lieu, car prévues dans l’accord de gouvernement. Chaque procédure de création ou de modification éventuelle d’une route aérienne devra être soumise au conseil des ministres après des études d’impact sérieuses en termes de sécurité, capacité, environnement et après consultation de la population", a-t-il répondu à la Chambre.