Le survol de Bruxelles en chiffres

lalibre.be
maandag 28 april 2014

Combien d’avions survolent-ils Bruxelles? "La Libre.be" s’est procuré les statistiques officielles de l’année 2013. Soit avant que la dispersion du virage gauche au départ de la piste 25 ne suscite la polémique et devienne un enjeu de campagne électorale. Ces statistiques déclinent les décollages et les atterrissages. Ces derniers ne se font naturellement pas sans provoquer des nuisances sonores. Or le débat qui se déroule actuellement est essentiellement concentré sur les décollages de la piste 25R. Ces chiffres sont ici liés à des cartes. Nous porposons de commenter brièvement chacune d’entre elles afin d’objectiver le débat. Ceci n’enlevant évidemment rien aux nuisances subies aujourd’hui par une partie des habitants de Bruxelles.

Carte 1, l’ensemble des mouvements enregistrés en 2013 en fonction des trois pistes de l’aéroport. En rouge les atterrissages, en bleu les décollages. 73351 décollent de la fameuses piste 25R. Attention, il ne ’agit pas ici de routes aériennes, mais de chiffres bruts d’utilisation des pistes. Tout ces décollages ne virent pas vers le sud de la capitale et les communes d’Auderghem et de Watermael-Boitsfort, ou encore vers les communes de la périphérie Est. Ces chiffres montrent une chose: il est faux d’affirmer que toute la circulation aérienne liée à l’aéroport de Bruxelles National s’opère au-dessus de Bruxelles. Une bonne part, plus de 70% en fait, concerne la Flandre dans des zones qui sont évidemment beaucoup moins densément peuplées que Bruxelles.

Carte 2, la déclinaison des 73351 décollages au départ de la piste 25R. Ce shéma date d’avant la division du virage gauche appliquée par le secrétaire d’Etat Melchior Wathelet le 6 février dernier. Que voit-on? Qu’une série de ces avions partent vers le Nord (et donc la Flandre) après décollage. Selon quatre routes, dont une suit le tracé du Ring de Bruxelles. Une autre partie de ces vols continue tout droit en suivant le canal (une route mise en œuvre il y a un an et demi). Et enfin la dernière part vers les communes de Woluwe-Saint-Pierre, de Kraainem et de Wezembeek. Ce sont ces 35000 vols recensés en 2013 qui ont été dispersés le 6 février dernier, en vertu des accords de 2008 et 2010 qui visaient précisément à soulager l’Oostrand, fortement touché par l’usage de la piste transversale de l’aéroport (la 01-19, voir carte 1). Aujourd’hui, une partie de ces vols restent sur le virage court (celui de l’Oostrand), l’autre empruntant un nouveau virage (le virage long), vers Auderghem et Watermael-Boitsfort.

Quelle proportion de ces décollages tournant à gauche est dirigée vers Auderghem? Aucune donnée fiable ne nous est encore parvenue, mais on évoque un pourcentage de 70%, de source gouvernementale. D’autres, comme les associations de riverains, estiment que ce pourcentage est bien supérieur.