Perte de plus de 20 millions pour le contrôleur du ciel belge, attaqué par les riverains

L’écho
maandag 20 februari 2012

Perquisition à la tour de contrôle de Bruxelles-National où des documents et des PC ont été saisis.

Rebondissement de taille dans le dossier du bruit des avions qui est aujourd’hui pris au sérieux par la justice belge. Selon nos informations, la juge d’instruction bruxelloise Laurence Heusghem a mené une perquisition dans les locaux de Belgocontrol et à la tour de contrôle à la mi-décembre. Les policiers ont saisi des fichiers, des ordinateurs et d’autres documents qui sont aujourd’hui en cours d’analyse. La visite de la juge et des policiers fait suite à la plainte avec constitution de partie civile introduite au pénal par plusieurs riverains et des associations (UBCNA, AWACSS,WAKE UP KRAAINEM) pour dénoncer l’usage excessif de la piste en diagonale (piste 02) de l’aéroport de Bruxelles-National.

Les plaignants veulent savoir qui, des acteurs intervenant dans le dossier, est responsable de la hausse du bruit des avions qui affecte l’est de Bruxelles (Crainhem, Wezembeek-Oppem, etc.) et le Brabant wallon (La Hulpe, Lasne, Waterloo, etc.). Ils soupçonnent une collusion de fonctionnaires, mais voudraient que la justice fasse toute la lumière sur le sujet. "C’est vrai que nous avons eu une perquisition chez nous, mais nous avons des enregistrements qui prouvent que nous faisons bien notre travail", nous a confirmé Jean-Claude Tintin, CEO de Belgocontrol, l’organisme de contrôle du ciel belge.

La plainte a été déposée contre X, mais c’est Belgocontrol qui est dans la ligne de mire. Pour les riverains, ses dirigeants jouent un double jeu en ne respectant pas les décisions du gouvernement fédéral. Celui-ci a décidé, en février 2010, qu’on utiliserait les pistes parallèles 25 de façon préférentielle. Il ne recommandait le recours de la piste 02 pour les atterrissages que si la vitesse de vent arrière dépassait 7 noeuds. La recommandation avait d’ailleurs été précisée le 30 juin 2010 à Belgocontrol par l’ancien secrétaire d’Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD & V). Trou de Plus de 20 millions

Le directeur de la tour de contrôle, Mark Sterckx, aurait déclaré, lors d’une réunion officielle, qu’il n’était pas tenu par les accords du fédéral! Et répété en passant qu’il appliquerait d’autorité la norme de 5 noeuds comme point de départ de changement de pistes à Zaventem. Il aurait été entendu par les policiers, de même que Johan Decuyper, ex-chef de cabinet de Schouppe et qui occupe aujourd’hui la même fonction chez Hendrik Bogaert, secrétaire d’Etat à la Fonction publique et à la Modernisation des services publics dans le gouvernement Di Rupo (PS). "Nous sommes contents que la justice s’intéresse au dossier au niveau pénal, on verra ce qui sortira", nous a confié la responsable d’une association de riverains.

Les problèmes judiciaires viennent s’ajouter aux ennuis financiers de Belgocontrol. L’organisme devrait afficher, pour 2011, une perte d’environ 20,5 millions d’euros. Il avait déjà enregistré une perte de 20 millions en 2010 et un trou de 5 millions en 2009!